Vos témoignages

Merci pour ce beau travail qui sauve l'honneur de la profession. Et le coup d'après est déjà là, avec l'injonction de violer le secret médical !!!‌

Je viens d’être contacté par un suppôt de l’ARS, je devrais plutôt écrire suppo.. Il me faisait sa pub pour balance ton covid - je lui ai remonté les bretelles sur le fait qu’on était des soignants pas des épidémiologistes. Il m’a répondu qu’il ne pouvait pas à cause du secret médical? je lui ai répondu que moi non plus.. grrr

Nous sommes passés du statut d'homme de l'art, à celui d'homme de science, pour arriver à celui d'effecteur de santé... il est temps que nous retrouvions notre place, notre image et notre dignité !

Des médecins, pas des indics !

 

Soigner oui, dénoncer non !

Comment fait on depuis le début : dépister, isoler, traiter (comme on peut...) Et maintenant : brigades sanitaires, signalement par MG des cas COVID pour 55 €, supplément pour signalement des cas contacts Risque de rupture du secret pro et fichage ? On assiste et déresponsabilise, où est la prise de conscience dans tout cela ? Pas facile pour les DAM de nous vendre cela en last minute... Suis un peu dégoûté par la façon de nous acheter....

Le patient ne peut en aucun cas nous délier du secret médical. Il peut, lui-même parler de son état, mais pas le médecin, y compris après le décès du patient. Le secret médical couvre le patient, tout ce qu'il nous a dit, concernant lui-même ou un tiers, et tout ce qu'on a compris au cours de la construction (situation familiale, financière, ...).

Humour de l’ARS du Var... nous propose de fournir des ffp2 et Chir pour les personnels soignants, mais périmés !!! On est repassé en zone verte ça doit être pour ça...

Les ARS envoient des protocole de 50 pages et plus à appliquer immédiatement sous peine de sanctions à des structures libérales qui ont fait face au COVID-19. En pleine vague les ARS étaient totalement absentes pour les libéraux et là elles envoient des contrôleurs...

Des non soignants qui décident de qui on doit soigner ou non...

Les ARS nous ralentissent alors que nous devons rattraper le retard accumulé pour tous les patients COVID (-). Génial !

Pas vu un contrôleur ARS sur le terrain en plein risque de contamination...

Les assureurs qui refusent de payer les pertes d'exploitation des médecins libéraux. Formidable !

Inadmissible que les tous médecins de terrain n'aient pas accès aux masques FFP2. Encore la gestion de la pénurie et de l'impréparation.

Ma fille est retournée dans son collège mais ne ré-intégre pas sa classe puisque enfant de soignant...

Ce matin, je reçois un recommandé d’une patiente veuve d’une victime du Covid et de la dialectique 4D ...(Doliprane Dodo Domicile Décès)

J’ai subi une pression pour ne pas prescrire de l'hydroxychloroquine : on m’a proposé un arrêt de travail si j’avais trop peur du covid, on m’a demandé d’aller voir un psychiatre sous couvert que j’avais prescrit une fois de l'hydroxychloroquine à une personne en phase précoce.

Merci pour ce beau travail qui sauve l’honneur de la profession. Et le coup d’après est déjà là, avec l’injonction de violer le secret médical !!!‌

Nous sommes passés du statut d’homme de l’art, à celui d’homme de science, pour arriver à celui d’effecteur de santé… il est temps que nous retrouvions notre place, notre image et notre dignité !

Soigner oui, dénoncer non !

Comment fait on depuis le début : dépister, isoler, traiter (comme on peut…)
Et maintenant : brigades sanitaires, signalement par MG des cas COVID pour 55 €, supplément pour signalement des cas contacts
Risque de rupture du secret pro et fichage ? On assiste et déresponsabilise, où est la prise de conscience dans tout cela ?
Pas facile pour les DAM de nous vendre cela en last minute… Suis un peu dégoûté par la façon de nous acheter….

Je viens d’être contacté par un suppôt de l’ARS, je devrais plutôt écrire suppo.. Il me faisait sa pub pour balance ton covid – je lui ai remonté les bretelles sur le fait qu’on était des soignants pas des épidémiologistes. Il m’a répondu qu’il ne pouvait pas à cause du secret médical? je lui ai répondu que moi non plus.. grrr

Des médecins, pas des indics !

Le patient ne peut en aucun cas nous délier du secret médical.
Il peut, lui-même parler de son état, mais pas le médecin, y compris après le décès du patient.
Le secret médical couvre le patient, tout ce qu’il nous a dit, concernant lui-même ou un tiers, et tout ce qu’on a compris au cours de la construction (situation familiale, financière, …).

Humour de l’ARS du Var…
nous propose de fournir des ffp2 et Chir pour les personnels soignants, mais périmés !!!
On est repassé en zone verte ça doit être pour ça…

Les ARS nous ralentissent alors que nous devons rattraper le retard accumulé pour tous les patients COVID (-). Génial !

 

Pas vu un contrôleur ARS sur le terrain en plein risque de contamination…

 Les assureurs qui refusent de payer les pertes d’exploitation des médecins libéraux. Formidable !

Les ARS envoient des protocole de 50 pages et plus à appliquer immédiatement sous peine de sanctions à des structures libérales qui ont fait face au COVID-19. En pleine vague les ARS étaient totalement absentes pour les libéraux et là elles envoient des contrôleurs…

Inadmissible que les tous médecins de terrain n’aient pas accès aux masques FFP2. Encore la gestion de la pénurie et de l’impréparation.

Ce matin, je reçois un recommandé d’une patiente veuve d’une victime du Covid et de la dialectique 4D …(Doliprane Dodo Domicile Décès)

Des non soignants qui décident de qui on doit soigner ou non…

J’ai subi une pression pour ne pas prescrire de l’hydroxychloroquine : on m’a proposé un arrêt de travail si j’avais trop peur du covid, on m’a demandé d’aller voir un psychiatre sous couvert que j’avais prescrit une fois de l’hydroxychloroquine à une personne en phase précoce.

Ma fille est retournée dans son collège mais ne ré-intégre pas sa classe puisque enfant de soignant…

Témoignage d’un médecin EHPAD d’Ile de France : “nous avons interdiction de traiter avec l’azithromycine les patients PCR+ COVID19. Si je le fais je risque mon poste.”

Témoignage famille d’une patiente en accueil de jour d’une unité Alzheimer IDF : patiente qui tousse sans COVID19 en raison d’une trachéomalacie. Doit être exclue à la demande du médecin.

Réponse : “instructions reçues et si on n’applique pas contrôle ARS risque entraîner fermeture”

Ma cousine de 84 ans vient de mourir d’un Alzheimer “foudroyant”. Hospitalisée il y a 15 jours pour déclin cognitif rapide. Il y a 4 jours aucun symptôme physique. Hier décompensation respiratoire, décès en 24h. Diagnostic décès COVID19 !

Share This